Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Fermeture de Fessenheim: facture no-limit?
Pour tenir un de ses engagements de campagne, F. Hollande "négocie" un contrat de "dédommagement" en faveur d'EDF: le coût des promesses du candidat 2012 alourdit encore l'ardoise du potentiel candidat 2017.  Le signe d'une volonté -ou obsession- à renouveler ses vœux à Marianne, en 2017? Quoi qu'il en coûte au contribuable?

Après l'ouverture des vannes de la formation à tout va, courant 2016, qui bascule les demandeurs d'emploi en "stagiaires de formation", statut non comptabilisé dans les statistiques de décompte des chômeurs de Pôle-Emploi, voici venir la note "EDF/nucléaire". 400 millions d'€... pour commencer... et pour une seule centrale...

Une note du menu "promesses 2012", dont on ne sait même pas combien il en coûtera aux seuls imposables français.
Lesquels, rappelons-le, ne sont qu'une partie de la population française.
En 2010, les impôts pèsent sur les épaules de seulement 19,5 millions des foyers français (source: impotsurlerevenu.org / impots.gouv.fr). À peine un peu plus de la moitié des foyers de l'hexagone.

À moins que la note ne soit absorbée par une taxe sur l'énergie, une augmentation de la TVA... les idées ne manquent pas pour nous faire avaler les couleuvres.
Le plus drôle serait que par le jeu des taxes, 'frais divers' et autres écritures comptables, cet amortissement de la facture no-limit vienne gonfler le tarif de l'énergie: celui sur lequel la part variable de la même facture est indexée!

Car une part variable inconnue s'ajoute aux 400 millions d'euros que l'aspirant présidentiable 2017 promet de payer à EDF, pour obtenir - monnayer? - la fermeture d'une centrale qu'il n'a pas encore su imposer durant son actuel mandat.

Problème: cette part variable est assujettie aux coûts futurs de l'énergie nucléaire (tarifs + coûts de production).
Montants et part variable qu'il est impossible de connaître, et surtout hors de contrôle de l'Etat. Lequel, depuis la privatisation d'EDF, à ce jour, n'a pas pu imposer un tarif à l'entreprise autrefois publique. De quoi redonner le goût de la nationalisation à la manière de nos voisins d'au-delà les frontières de l'U.E, direction Est de la boussole "quand l'économie a perdu la tête".
Tant qu'à payer le prix fort, autant que ce soit sans intermédiaires...

Une dragée qui promet d'être salée (très) s'ajoute donc au panier du fiancé de l'Elysée, dont il semble que rien n'est trop beau (ni trop cher), pour éviter à F. Hollande de se confronter à cette autre promesse: ne pas se représenter si...
Malheureusement pour le contribuable (1 foyer sur 2 et des poussières), notre président semble avoir perdu le bouchon de la salière.

Avec tous mes respects, il nous en coûterait moins si celle-là non plus n'était pas tenue: les français n'en sont plus à une près.

En savoir plus sur la facture no-limit de la fermeture de Fessenheim promise pour 2016/2017: 400 millions d'€ et ???

Vous n'êtes pas autorisé à laisser de commentaire. Contactez l'administrateur si vous pensez qu'il s'agit d'une anomalie.