Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Les jardins familiaux à la rescousse
C'est à Albi, dans le Tarn. Objectif: autosuffisance alimentaire pour 2020. C'est dans 4 ans! Et offrir à chacun des légumes et fruits gratuits, ou peu chers. En tout cas bio et locaux. Cette très belle alternative aux fruits et légumes d'importation, résout plusieurs problèmes en une fois. Et ça marche!

Ne plus dépendre des autres, et du marché mondial, pour nourrir - bien - sa population! Quel beau rêve.
Sauf que c'est une réalité.

Eh oui. C'est surtout un modèle à suivre, tout simple à mettre en œuvre. La ville rouge a testé, et ça fonctionne. En plus, elle donne la marche à suivre (lien plus bas): avis aux maires inspirés. Et aux autres....
Celui de Rennes a voté pour: la vielle s'engage elle aussi dans le processus.

Souhaitons que cette vision civique de la politique s'égrène à tout le pays.

Le modèle autosuffisance alimentaire de Albi

  • Des jardins potagers publics et privés à disposition de tous
  • Pour les Maraîchesr: mise à disposition de surfaces agricoles pas cher.
    Contrepartie: cultiver bio, vendre dans un rayon inférieur à 20 km
  • Objectif de la ville:
    - autonomie alimentaire en 2020 (dans 4 ans)
    - renouer avec les savoirs et usages ancestraux, où chaque famille avait son potager

Rennes emboîte le pas; à quand toutes les villes de France?

Albi et l'agriculture urbaine

Solution bio  et locale: la baguette magique

Le projet mené dans le Tarn, à Albi, s'attaque à tout une panoplie de problèmes: la malbouffe, les produits chimiques, la pollution due aux transports d'aliments importés de l'autre côté de la planète... Sans parler du "5 fruits et légumes par jour". C'est bon pour la santé, mais désastreux pour le porte-monnaie.
Aux tarifs pratiqués, pour une famille de 4 à petit revenu, c'est la banqueroute dès le 15 du mois!

Sans oublier que viser l'autosuffisance alimentaire, c'est redéployer un tissu d'agriculteurs et maraîchers locaux.
Donc, c'est favoriser l'économie locale. Dans un rayon de 60 km pour le projet d'Albi.

Avec en corollaire, favoriser la mixité sociale et le rapport humain. Quoi de plus social et sympathique, que partager une tomate cueillie sur un  jardin de trottoir, et faire ses courses de vraies vitamines propres et naturelles, cultivées par le maraîcher du coin, comme  à 'époque de mamy?
Voire de maman: petite, j'ai connu ça, la tomate du paysan du village.

Vers l'autosuffisance alimentaire: anti-marchés (financiers)

Autre avantage, et non des moindres...
Favoriser l'autosuffisance alimentaire, c'est mettre fin à la pression des marchés financiers qui vont valser les prix pour le consommateur final, en étranglant ceux qui produisent.
En jouant sur des matières premières, les aliments, les marchés boursiers étouffent tout le monde...
C'est aussi mettre fin à la pression de la grande distribution sur les producteurs.

Et pour ça, la Mairie et la délégation à l'agriculture urbaine comptent aussi sur les jardins familiaux. Vous savez? Ceux qu'on rase dans certains grandes villes,  pour faire de la place aux copains promoteurs immobiliers... En Provence en particulier.

Albi: l'engagement fruits et légumes gratuits, et maraîchers bio

Le modèle fruits et légumes gratuits

Favoriser la culture de micro-potagers, par tous ceux qui le souhaitent, dans tous les espaces qui le permettent: y compris les jardins publics. Les cultures sont ouverts à tous. Chacun peut picorer à loisir. Seule exigence: attendre la maturité du légume ou du fruit, et se limiter à son usage personnel et immédiat. Casser la graine sur place quoi, pour caler une petite faim.

Renouer avec les savoirs potagers

Enfin, le projet Albigeois procède un autre miracle: renouer avec les pratiques pas si anciennes, où chaque famille avait son potager. Renouer avec les savoirs d'une production agricole saine et naturelle. Favoriser des principes d'échange équilibrés, respectueux des hommes et de la nature.

Le modèle maraîchage bio et local

Le maraîchage, c'était une agriculture historique sur le territoire albigeois. Elle s'éteignait. Quelques-uns créent une délégation  à l'agriculture urbaine, en partenariat avec la ville. Des terrains sont mis à disposition de maraîchers, pour presque rien. En contrepartie, ils doivent s'engager:

  • à utiliser des méthodes de culture naturelle
  • à vendre leur production dans un rayon de 20 km maximum

Adopter le modèle Albi dans votre commune

C'est gagnant / Gagnant: la population retrouve une alimentation saine, l'économie locale trouve un nouveau souffle, les savoirs perdus se regénéralisent, et les générations -enfants compris- renouent le contact avec la nature au portes de chez soi.

 Pour s'inspirer, ou copier carrément, la ville d'Albi donne ses clés pour une autosuffisance alimentaire

Vous n'êtes pas autorisé à laisser de commentaire. Contactez l'administrateur si vous pensez qu'il s'agit d'une anomalie.